• Sur les arrestations des camarades libertaires en Espagne

     
     

    Au cours des dernières heures, d'après les ordres de la Cour nationale, plusieurs camarades anarchistes ont été arrêtés.
    Face au tissu de mensonges qui sont souvent utilisés pour justifier ce genre d”attaque, nous trouvons particulièrement important que les raisons de fond qui ont conduit à l'exécution de ces ordres soient connues.

    Indépendamment des faits dont on accuse les détenus dans ce cas particulier, sur lesquels nous n”allons pas nous prononcer, nous comprenons qu'il s'agit d'un pas de plus dans l'ample opération de répression menée par les instances gouvernementales.
    Beaucoup de personnes ont été victimes de ces attaques contre la liberté et la dignité, pour une raison ou pour une autre. La plupart des fois, par du pur opportunisme politique. Au fait, il ne semble pas difficile que votre voisin, votre amie, votre sœur ou votre enfant aient été touchés.

    Nous n'avons aucun doute que l'Etat utilise la stratégie de la peur et de la division pour empêcher l”aboutissement d”un processus collectif qui puisse éventuellement menacer les privilèges de ceux qui profitent du malheur de toutes.
    Le malaise grandit chaque jour au fur et à mesure que plus de cas de corruption sont révelés ou la situation économique et les conditions de travail des personnes se dégradent, tandis que la consommation de biens de luxe de la part des riches est en augmentation et que les banques font d'énormes profits au détriment des familles expulsées
    Devant cette situation, nous sommes de plus en plus les personnes défavorisées qui ont décidé de faire un travail de base, par le biais des assemblées, de façon horizontale et auto-gérée,  pour défendre notre liberté et notre dignité.
    Depuis l'état on veut freiner ce processus collectif, en le divisant. Procédant à des arrestations parmi les personnes les plus engagées, on cherche à les séparer et les isoler du reste, par le biais de leur criminalisation, comme si elles ne partageaient pas les mêmes problèmes et les mêmes objectifs que les autres.
    De la même façon, les arrestations restent une menace voilée pour toute personne qui participe dans des activités revendicatives, peu importe quel type d”actions.
    Ce n'est pas pour rien que la nouvelle «Loi Bâillon» (ou de Sécurité Citoyenne) vise à établir un état d'exception caché, pour freiner le mouvement pour le changement qui a déjà démarré.

    Pour cette raison, en ce moment, nous voulons dire que nous n'allons pas permettre que la répression nous arrête. Nous pourrions dire que nous n'avons pas peur, et serait sans doute mentir. Mais nous savons que, tant qu'on ne tombe pas dans la stratégie de l'État de la division et la paralysie, ce seront eux qui seront dans la crainte quotidienne de ne plus contrôler la situation et, cette fois, les choses pourraient commencer à changer.
    Le premier pas sur ce chemin, c'est de ne pas tomber dans ce jeu de division, de criminalisation et menace que l'Etat, en tandem avec les media majoritaires, sait jouer aussi bien.

    Les arrestations ne sont pas surprenantes. En tant que sujets prêts à revendiquer la liberté et la dignité pour toutes, la moindre des choses qu'on puisse espérer, ce sont les attaques de l'État et des gardiens des privilégiés. Mais devant ces attaques tout ce que nous pouvons dire, c'est que nous irons de l'avant, avec ton soutien. Nous espérons sincèrement que cette lutte soit  bientôt la tienne, afin de construire ensemble, unies et sans peur, ce nouveau monde qui devient chaque jour plus urgent.

    Solidarité avec les detenu.e.s, liberté pour tou.t.e.s les prisonnier.e.s politiques!

        Madrid, le 16 décembre 2014

        Espace Libertaire de Madrid

     

    Affichage de Yo tb soy anar.rtf en cours...

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :